Les détours de l’art – FIAC
1402
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-1402,qode-social-login-1.1.3,stockholm-core-1.2.1,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled,paspartu_enabled,menu-animation-line-through,side_area_uncovered,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive

Les détours de l’art – FIAC

La Triennale d’Art Contemporain de Paris se base sur un parcours très linéaire qui fait passer le spectateur devant l’entrée de chacun des édicules de restauration et devant chacun des pavillons : cette circulation n’est pas obstruée, ni visuellement ni architecturalement. On perçoit l’implantation des édicules depuis la circulation principale, mais il faut descendre au niveau de l’eau pour pénétrer dans les divers pavillons. La visite de ces pavillons se fait ainsi soit de manière totalement aléatoire, soit totalement réfléchie : on ne déambule pas dans des allées à la recherche d’un pavillon, mais on se positionne face à ce que l’on consomme. Ce projet d’édicule pour la Triennale de Paris s’inscrit dans une démarche d’insertion maximale dans la géométrie de l’île aux Cygnes. Il met les circulations en valeur en proposant une avancée surplombant sur la seine. En venant s’installer au niveau du sol en partie haute, l’édicule devient un prolongement de l’allée aux cygnes. En suivant cette insertion dans le site, l’édicule conserve la vision des matériaux de construction, notamment au niveau des perrets très caractéristiques de l’île aux cygnes.